... n'est pas chose aisée.

Piqûre de rappel sur la nature de ce syndrome: http://www.lepape-info.com/forme/le-syndrome-de-lessuie-glace

Aussi vais-je me permettre de faire une liste de toutes les méthodes employées afin d'en venir à bout, ce qui a duré plus de 3 mois dans mon cas. 3 mois à essayer de suivre mille et un conseils, dont certains se sont avérés pertinents et d'autres n'ont correspondu qu'à une vaine perte de temps. Bien sûr, mes appréciations sont personnelles et n'engagent que moi. Voivi donc une liste exhaustive de tous les moyens déployés et mon avis sur chacun d'entre eux:

1) L'arrêt de la course à piedMon kiné me disait "Quand on a mal lors d'une activité, on arrête l'activité". Ca tombe sous le sens. Pour autant, sans que je ne tire de conclusion hâtive, les faits sont là: l'arrêt de la course à pied n'a rien changé dans mon cas. 3 semaines à attendre et reprise (avec les mêmes chaussures, je précise) aussi douloureuse dès 10/15 min de footing. Et en plus, j'étais chiant dixit ma femme ;), alors j'ai recouru avec la genouillère Zamst RK-1 (voir plus bas) et tout le monde était content.

2) Visite chez le médecinévidemment indispensable, on ne soigne pas un mal sans l'avoir fait diagnostiquer par un professionnel qui saura à travers 2 tests notamment (test de Renne et test de Noble) identifier la douleur et guider vers la guérison.

3) Kinésithérapiedifficile à évaluer. Une dizaine de séances durant la période d'inactivité. Reprise douloureuse. N'a semblé avoir eu aucun effet.

4) Glaçagen'est pas une solution en soi, car cela ne guérit en rien mais soulage simplement la douleur. Ce qui est déjà une bonne chose, vu à quel point l'essuie-glace peut être douloureux. Simplement, il vaut mieux abréger une sortie et multiplier les sorties courtes. 

5) Etirements: aucune idée si ça m'a servi mais j'ai pas arrêté d'en faire depuis, ça prend 2 minutes entre le dessert et le café. Plusieurs fois par jour.

6) Genouillère Zamst RK-1: Un sacré produit! Terriblement efficace, cette orthèse m'a permis de reprendre la course à pied (cf mon test ici). Le meilleur moyen de masquer la douleur, reprendre une activité sportive et redevenir un mari agréable :))

7) Changer de chaussures: essentiel. Dans mon cas, j'ai jeté mes vieilles pompes peut-être à l'origine de la douleur. La gêne (à ce moment j'utilisais la genouillère) n'a pas disparu à la première sortie bien évidemment, mais s'est à ce moment décalée dans le temps pour progressivement disparaître en une dizaine de sorties. La solution à envisager si vos pompes sont vieilles. J'ai opté pour des Asics Gel Nimbus 14 pour foulée universelle/ supinatrice.

8) Semelles orthopédiques: Bon, j'en ai acheté, c'est vrai. Qui plus est au moment où le syndrome tendait à disparaître. Je le précise car c'est un conseil qui revient souvent sur le net et qui serait un des premiers à suivre au vu des témoignages, mais perso je doute de l'efficacité des miennes, conçues suite à une visite-éclair des plus mystérieuses. "Vous avez une jambe un peu plus courte que l'autre, c'est le problème"  2 semaines et 109€ plus tard: "J'aurai une semelle plus haute que l'autre du coup?" "Non, pourquoi?"

9) Voltarène/ FlectorUtilisés au départ lors d'apparitions des douleurs. Soulage quelque peu. 

10) Gaulthérie en massageHuille essentielle. Utilisée avec huile de massage quotidiennement. Impossible de savoir si cela a été efficace. 

11) Rester positifvous en viendrez à bout. N'attendez pas, comme moi au début, montre en main l'apparition de la douleur. On focalise et on perd plaisir à courir. Un bon lecteur MP3 et on pense à autre chose, un jour ou l'autre elle aura disparu... ou plutôt comme dirait mon médecin "elle a pris congé temporairement". Qu'elle reste où elle est maintenant...